User avatar
andatiep
Posts: 1425
Joined: Thu May 01, 2008 10:56 am
Location: Grenoble, France.

Partizanstvo ! Rapport de Campagne(AAR) RUS-DoctorKing&Andatiep Octobre-Novembre 1918

Fri Oct 28, 2011 11:02 am

[color="Red"]<== VOIR LES MOIS PRÉCÉDENTS[/color]



[CENTER]----------------------------------Image----------------------------------
Rapports du Sovnarkom - Archive du Soviet Suprême de L'URSS.[/CENTER]

Ref. BZ-634534
Conseil des commissaires du peuple de l'URSS.
Moscou.
12 octobre 1918.




______________________________
Front Nord



[CENTER]Image[/CENTER]

1) Le Camarade Zhloba est toujours dans une mauvaise posture. L'ennemi est maintenant des deux côtés de la rive. Ses navires sont rentrés au port d'Arkangelsk pour se renflouer mais les garçons-vachers et les sujets de la belle-doche du Tsar vont les faire ressortir aussitôt, certainement bien avant que notre division ai pu traverser ET vaincre l'adversaire sur l'autre rive...
L'hiver approche avec les premières neiges qui tombent, le coin va bientôt devenir un tombeau à ciel ouvert pour des soldats sans abris ni ravitaillments...
Nous optons donc pour la retraite au sud dès maintenant, d'autant que nos troupes ont récupéré toute leur cohésion en restant sur place cette quinzaine, ...une longue marche nous attends en longeant la Dvina à travers la Taïga et les marais vers Kotlas.

2) Le KomCor Avtonomov, aidé du camarade commissaire politique chargé de la Tchéka F.E. Dzerzhinsky, adopte un ordre de marche passif pour essayer de compléter en priorité ses effectifs avec les derniers remplacements que nous avons acquis. Cette force est immédiatement renvoyée vers Viatka pour dégager la voie vers Kotlas et couvrir la retraite au sud de la division Zhloba depuis Arkangelsk.


Du côté de Petrozavodsk, entre Mourmansk et Petrograd, le camarade Trotski a rejoint les volontaires hongrois qui gardaient la ville. L'ennemi n'est même pas encore en vue, il traîne en route, occupé à prendre le contrôle total de la voie de chemin de fer et à nettoyer les foyers d'irrédentistes caréliens ("Verts") qui pullulent dans le secteur (notamment à cause de notre dernière campagne de réquisitions).
Le Camarade Trotski est renvoyé vers le sud pour un Front moins secondaire en laissant une division, hélas sans commissaires politiques, aux ordres du KomDiv Timoshenko qui sera relevée plus tard avec des Gardes Rouges issus de la Levée en Masse.



______________________________
Front de la Kama



Sanglantes batailles autour de Kazan !

[CENTER]Image

Image

Image[/CENTER]

1) Le KomandArm Kamenev a réussi à repousser plus au nord les forces blanches bien retranchées dans les environs de Kazan, mais au prix de lourdes pertes, notamment la division d'Ekaterinburg qui accuse plus de 95% d'effectifs sur le carreau. Toutes nos unités sont par ailleurs complètement désorganisées et sans aucune cohésion, incapable de combattre comme de reprendre notre longue retraite vers l'ouest. Nous fixons donc un ordre passif à notre force. Elle se réorganisera plus vite et essayera d'éviter le combat si le Blanc contre-attaque.
C'est particulièrement rageant car la garnison de blattes de la Réaction restée dans la ville à l'air assez faible et le butin intéressant.
Nos meilleurs espoirs résident dans la météo : les pluies torrentielles et la boue dans tout le secteur vont certainement ralentir et désorganiser l'ennemi ...et favoriser notre retraite obligée s'il réussi à nous accrocher.

2) Nous sommes poursuivis par une brigade de petits-commerçants aigris du Komouch et par la Légion Tchèque qui s'est décidée à quitter la ville de Perm pour Izhevsk. Vu notre situation, c'est bien assez pour nous tailler en pièces.

3) L'étau se resserre dangereusement autour de nous avec la flotte ennemie qui a réussi à dépasser la nôtre sans se faire accrocher, probablement à la faveur de la nuit et du mauvais temps, et à se placer une nouvelle fois entre Kazan et la voie ferrée vers l'ouest, empêchant toute traversée à Kamenev. Le Blanc est en chasse, c'est sûr...
Nous ordonnons à notre flotte d'attaquer tout navire ennemi et de prendre position à l'ouest de Kazan, mais sans grande conviction car elle est assez désorganisée par la météo. Espérons qu'il en est de même pour l'adversaire...




______________________________
Front de la Volga



[CENTER]Image[/CENTER]

1) Le KomDiv Ghaï-Khan avec sa division de choc (350) vient à peine de renflouer ses effectifs qu'il reçoit la visite d'une brigade tchèque (150). Retranchés jusqu'au niveau 4, nous allons certainement les repousser,

2) ...mais manifestement les tchèques ne sont là que pour nous préoccuper pendant que d'autres forces essayent de couper la ligne Tambov-Tsaritsyn, voire carrément d'attaquer Tsaritsyn dans le dos en même temps que les Blancs du Sud.

3) La brigade du camarade commissaire Frunze et le KomCor Makhine ont rejoint nos troupes autour d'Ouralsk. Nous décidons immédiatement d'un assaut sur la ville, même si nos troupes n'ont pas encore regagné toute leur cohésion. Si nous prenons Ouralsk, les Blancs devraient sentir une menace sur Samara, capitale du Komouch, et peut être renoncer à prendre à revers tsaritsyn depuis Saratov. En tout cas, la prise de la ville devrait liquider, d'après nos informations, au moins 7 unités adverses prises au piège...


Pendant ce temps, ces deux pendards de Denikine et Wrangel ammassent maintenant une partie de leurs troupes dans la région juste au sud de Tsaritsyn.

Une division fraichement formé à Nijni Novgorod avec le KomCor Vatzetis est donc envoyé en renfort pour le Front Sud. Elle arrivera dans un premier temps à Tambov cette quinzaine.

L'incroyable chaos parallisant nos mouvements qui règnait à Voronej, port fluvial d'arrivée des troupes du Kouban, va enfin trouver un épilogue. La Tchéka a estimé que le KomandArm Sorokine était responsable et s'opposait à la venue de commissaires politiques pour le contrôler, lui et ses cadres issus de l'Ancien régime. Il a été fusillé hier matin, avec son toutou insupportable.
Les troupes du Kouban sont également dirigées vers Tambov.

Le KomCor Berzine part aussi pour Tambov avec de l'artillerie et des brigades d'infanterie légères.

Notre concentration de force à Tambov nous permettra de contre-attaquer à Tsaritsyn si cela se passe mal là-bas, ou bien de reprendre Penza, puis la rive droite de la Volga si possible.

















[CENTER]----------------------------------Image----------------------------------
Rapports du Sovnarkom - Archive du Soviet Suprême de L'URSS.[/CENTER]

Ref. BZ-634535
Conseil des commissaires du peuple de l'URSS.
Moscou.
30 octobre 1918.





______________________________
Front de la Volga



Victoire & Défaite...


Comme prévu, nous avons complètement annihilé la garnison d'Ouralsk. Le butin est tel que nous avons même gagné en moral (+1NM) :

[CENTER]Image
[/CENTER]

Mais cela ne saurait effacer le drame et l'humiliation de notre grande défaite de l'année 1918 : Nous avons perdu Tsaritsyn...
Les Blancs du sud sont passé à l'assaut le 20 octobre. Ils n'étaient pas beaucoup plus nombreux que nous, mais une bonne partie de nos troupes n'étaient pas retranchées, car c'étaient les forces de réserve qui sont intervenues depuis la région voisine au nord. Qui plus est, cette réserve commandé par le KomCor Voroshilov était uniquement composée de Gardes Rouges qui sont particulièrement vulnérables aux attaques des cavaliers cosaques. Ce fut une véritable écatombe parmi leurs rangs qui accusent plus de 80% de pertes pour tous leurs régiments...

[CENTER]Image



Image
[/CENTER]

1) Le Camarade Staline et les défenseurs de Tsaritsyn sont loin d'être tirés d'affaire : Denikine a réussi à prendre le contrôle de toute la région et donc de la voie ferrée avant que nos troupes puissent retraiter au nord, dans la région où est Voroshilov. Ils leur faut donc encore 12 jours de marche avant d'attendre la voie ferrée sous notre contrôle, si les Blancs n'y sont pas avant nous... Malgré la neige qui devrait favoriser notre évasion, il y aura probablement un autre accrochage sanglant dans les jours qui viennent...
Et même si tout se passe bien, nous ne pourrons espérer qu'atteindre le bourg de Balashov qui n'a pas de dépôt.
Le camarade Voroshilov, lui, reste sur sa portion de voie ferrée et attends des renforts de Tambov plus au nord pour couvrir nos troupes retraitant de Tsaritsyn mais il doit immédiatement renvoyer toutes ses troupes survivantes vers le dépôt de Tambov pour reconstituer les régiments de Gardes Rouges...

2) Les Blancs du Komouch se sont re-centrés sur Saratov au lieu de prendre à revers nos troupes à Tsaritsyn. C'est une bonne nouvelle, car s'ils avaient atteint la ligne Tsaritsyn-Tambov, le camarade KomandArm Staline et le KomCor Voroshilov auraient eu les pires difficultées pour s'échapper.
Cependant, les petits-bourgeois du Komouch repassent la Volga à Pokrovsk, certainement pour couper notre ligne Astrakhan-Ouralsk.

3) Les KomCor Frunze (qui vient d'être promu) et Makhine doivent faire une pause pour se réorganiser après leur assaut sur Ouralsk.


[CENTER]Image


Une de nos colonnes retraitant depuis Tsaritsyn...
[/CENTER]




______________________________
Front de Russie Centrale


Victoires à Tambov !

Le 1er octobre, la division Tchèque du général Cecek est salement accrochée et repoussée plus au nord par la division du KomCor Ghaï-Khan défendant Tambov. Le moral des troupes grimpe (+1NM) :

[CENTER]Image
[/CENTER]

Puis une semaine plus tard, les Blancs remettent le couvert et attaquent à nouveau Tambov, cette fois-ci avec une division aidée de 4 trains blindés et d'automitrailleuses. Malheureusement pour eux, le KomCor Ghaï-Khan a entre-temps été rejoins par les renforts amenés par les KomCor Vatzetis et Berzine. Nous sommes cinq fois plus nombreux qu'eux, ils perdent un tiers de leur troupes et le moral des nôtres s'en trouve encore conforté (+1NM) :

[CENTER]Image



Image
[/CENTER]

1) Ces victoires acquises, c'est plein de regrets que nous devons décider d'envoyer le KomCor Vatzetis avec la moitié de nos forces (500) descendre au sud rejoindre Voroshilov pour couvrir la retraite de Tsaritsyn.

2) Malgré tout, les KomCor Berzine et Ghaï-Khan décident de poursuivre jusqu'à Penza avec l'autre moitié les troupes blanches qui ont été repoussées de Tambov. Peut être qu'ils seront battus ou qu'ils n'arriveront pas à accrocher les fugitifs dans la tempête de neige, mais au moins prendront-ils le contrôle de la voie de chemin de fer vers Penza pour préparer un assaut ultérieur.

3) Nous envoyons un groupe de partisans montés s'installer au nord de Saratov pour observer la quantité de troupes dans tous les bourgs du coin. Si nous prenons Penza, cette poche sera le prochain objectif pour rétablir le contact avec Astrakhan, coupé avec la chute de Tsaritsyn.





______________________________
Front de la Kama



[CENTER]Image
[/CENTER]

1) Le KomCor Avtonomov, accompagné provisoirement par le camarade commissaire de la Tchéka Dzerzhinsky qui est obligé de jouer un rôle de commissaire politique car nous en manquons énormément, marche enfin sur Viatka puis vers Glazov, afin de menacer Perm par le nord.

2) La retraite du KomandArm Kamenev est toujours un interminable calvaire depuis Iekaterinbourg. Essayant de se réorganiser en restant autour de Kazan en ordre passif, il n'a miraculeusement pas été attaqué par l'ennemi, qui pourtant avance consciencieusement le long de la ligne Kazan-Iekaterinbourg. Il faut vraiment évacuer les lieux car c'est apparemment le gros de la légion tchèque qui s'amène.
Ne ne pouvons toujours pas traverser la Volga à cause de la flotte du Komouch. Mais notre flotte est enfin aussi arrivée dans la même région. Malgré les risques d'une bataille navale à l'issue incertaine, nous décidons d'ordonner l'embarquement des troupes du KomandArm Kamenev, non sans lui avoir donné l'ordre d'assaut de la ville pour essayer d'éliminer la faible garnison au passage. Par ailleurs, nos deux unités de cannonières étant prêtes à Nijni Novgorod, nous les envoyons immédiatement pour renforcer notre flotte dans le secteur.

3) Pendant ce temps à Cheboksary, le komandArm Bonch-Bruevich attends des renforts, entraine nos nouveaux régiments de cavalerie de reconnaissance et augmente le niveau de retranchement dans la région. En effet, ce petit port est le plus proche de notre flotte et c'est là qu'elle risque de s'y retrouver cloîtrée pendant des mois si jamais la Volga se met à geler et que notre flotte doit accoster en catastrophe. Si c'est le cas, il faudra coûte que coûte défendre cette position jusqu'ici d'une importance négligeable...

Par ailleurs, un petit détachement de cavalerie avec un train blindé est envoyé vers Kazan pour aller prendre le contrôle de la voie ferrée en faisant un rapide aller-retour.




______________________________
Front Nord



[CENTER]Image
[/CENTER]

1) Le KomDiv Zhloba n'est pas encore aux abois comme Napoléon sur la Berezina. Son ravitaillement est encore bon. Nous continuons donc de longer la Dvina vers Kotlas plus au sud, d'où nous faisons partir les restes de notre flottille avec des transport de ravitaillement pour une région adjacente à nos troupes. Ainsi, nous auront peut être le temps de transmettre du ravitaillement avant que les glaces ne prennent de partout la rivière ou que la flotte ennemie ne ressorte d'Arkangelsk.

2) Le KomDiv Timoshenko ne semble par encore menacé directement par l'armée blanche de Mourmansk, qui ne contrôle pas encore tout le réseau ferroviaire. Nous estimons qu'elle n'attaquera pas cette quinzaine car elle devrait parcourir deux région à pied sous la neige. Nous en profitons donc pour réorganiser notre défense de Petrozavodsk en remplaçant la plupart de l'infanterie régulière par deux fois plus de gardes Rouges. Vu qu'il n'y a pas de cavalerie cosaque dans le secteur, ils y seront plus efficaces qu'au sud.



______________________________
Front de la Caspienne



Nous ordonnons la production d'une unité de canonnières à Astrakhan pour anticiper le fait que la flotte de la Volga n'ai pas le temps de descendre au sud avant que le fleuve ne soit pris par les glaces.

Le camarade Kirov va rester encore une quinzaine à Gurjiev pour que sa compétence de Propagandiste nous amène au moins 10% de loyauté, ce qui nous permettra d'effectuer une campagne de Réquisitions/Conscription dans le secteur d'Ouralsk.

Le camarade Antonov-Ovseenko quitte Astrakhan pour rejoindre nos forces qui viennent de prendre Ouralsk au nord. Comme c'est aussi un commissaire politique, sa présence permettra de créer deux forces séparées ayant un contrôle politique.




______________________________
Front du Kazakhstan



[CENTER]Image
[/CENTER]

Le camarade Zinoviev repousse un raid de cavalerie des Kazakhs blancs à Fort Perovskiy.


[CENTER]Image
[/CENTER]

1) Mais nos forces commencent à manquer de ravitaillement dans le petit dépôt de Fort Perovskiy. Il faut donc aller de l'avant. Le camarade Zinoviev envoi des partisans entre Tashkent et Samarkand et une milice près de Bukhara avant d'ordonner de marcher sur Taskkent, car il faut observer de plus prêt une force régulière Blanche de force indéterminée à Samarkand.

Des unités de gardes rouges et de wagons de ravitaillement sont créées pour alimenter nos troupes et éventuellement améliorer le dépôt.



______________________________
Et pendant ce temps, en Oural...



[CENTER]Image
[/CENTER]

Nos partisans continuent leur travail de sabotage sur les voies de chemin de fer, obligeant les renforts Blancs de Sibérie à traverser les montagnes enneigées à pied...




______________________________
Politiques intérieures


Nous appelons une nouvelle fois les camarades du Parti dans toute la Russie à rejoindre les rangs de l'Armée Rouge. Nous manquons crucialement de PolitKoms et d'unités de la Tchéka militaire !



______________________________
Géopolitique internationale


Le Sovnarkom a longuement passé en revue les principaux événements de la situation internationale du mois de novembre.

La fin de la Grande Guerre impérialiste en Europe de l'ouest s'achève, hélas pas du fait de révolutions prolétariennes dans les différents pays belligérants mais par des arrangements entre les boutiquiers du Grand Capital et les soit-disant patriotes qui l'ont déclenchée.

[CENTER]Image
[/CENTER]

La fin de cette grande boucherie va permettre aux capitalistes et aux despotes militaires de se retourner vers la classe ouvrière européenne qui commence à peine à s'organiser en s'inspirant de l'exemple universel de notre Révolution d'Octobre en Russie.

[CENTER]Image
[/CENTER]

Pourtant Berlin se révolte et le drapeau rouge flotte sur Kiel, qui est maintenant la Kronstadt de la Révolution allemande en marche. Mais ce sont apparemment les social-démocrates qui ont pris le pouvoir et qui complotent leurs habituels marchandages avec les capitalistes en trahissant le prolétariat.

[CENTER]Image
[/CENTER]

Comment venir en aide aux bolchéviks spartakistes allemands alors qu'à l'est les Blancs sont toujours sur la Volga et qu'à l'ouest les troupes allemandes se replient lentement et en bon ordre en préparant l'installation à leur place d'état nationalistes inféodés, en Ukraine, en Pologne et dans les états baltes ?

Le Camarade Bela Kun, quant à lui, nous quitte avec son régiment de volontaires hongrois : il va essayer de profiter de l'effondrement de l'Empire Austro-Hongrois pour initier une révolution bolchévique à Budapest.

La situation internationale est également très dangereuse pour nous en Russie : en effet, les empires britanniques, français et états-uniens vont pouvoir se retourner pleinement contre nous. Ils vont certainement augmenter leur aide aux Blancs, voire débarquer des armées entières pour nous combattre directement !

Cela nous nous y attendions. Mais la chute de Tsaritsyn établit une dangereuse connexion territoriale entre les différentes factions blanches. Le gouvernement provisoire du Komouch basé sur les reliquats de l'assemblée constituante est toujours bien établis sur la Volga et a maintenant un lien direct avec les généraux Blancs du sud et de l'est sibérien. Les Blancs ont maintenant une légitimité "démocratique" bourgeoise que les alliés occidentaux ne manqueront pas de soutenir et d'unifier (les factions des Blancs du Sud et des Blancs sibériens gagnent chacune +20 EP, +5NM, +30 WS, et des remplacements pour les troupes des Alliés).

À cela s'ajoutte la présence prolongée de ces parasites de légionnaires tchèques. Maintenant qu'ils ont un état indépendant, ils vont certainement le rejoindre et quitter la Russie. Seulement, si nous les avions repoussés derrière l'Oural cet été, ils auraient dû perdre de longs mois à évacuer par la Sibérie puis le Pacifique, etc. Mais maintenant que Tsaritsyn est tombé, ils vont évacuer progressivement par le sud via la Volga et la mer noire, et donc rester dans nos pattes plus longtemps... Espérons que la menace de révolutions bolchéviques en Allemagne et en Hongrie accélère leur évacuation.

[CENTER]Image


[CENTER]L'Hydre du Grand Capital s'abattant sur la Russie des Soviets ![/CENTER]
















----------------------------------Image----------------------------------
Rapports du Sovnarkom - Archive du Soviet Suprême de L'URSS.[/CENTER]

Ref. BZ-634536
Conseil des commissaires du peuple de l'URSS.
Moscou.
15 novembre 1918.





______________________________
Front Nord



[CENTER]Image

Image[/CENTER]

1) Alors que nous n'attendions pas l'attaque ennemie avant une quinzaine de jour, ces limaceux de phoques Blancs de Mourmansk se sont traînés dans la neige molle jusqu'à Petrozavodsk pour nous attaquer alors que nous étions en pleine réorganisation ! Notre infanterie régulière venait d'être évacuée au sud et les milices de Gardes Rouges venaient juste d'arriver, sans avoir encore été endivisionnées. Nous avons donc combattus avec un malus de 35% sur toute notre force.
Mais malgré cela, nous avons obtenu une franche victoire (+1NM) !

2) Le KomDiv Zhloba a de moins en moins de ravitaillement pour sa longue marche dans les marécages en longeant la Dvina vers Kotlas. Notre flotille est arrivé à sa portée ; nous décidons de tenter un embarquement vers Kotlas de la colonne de Zhloba sans ses chariots de ravitaillement qui prennent trop de place. Espérons que les ploutocrates anglais ne fassent pas une sortie d'Arkangelsk avec leur flotte fluviale. Il neige sur tout le fleuve, cela devrait nous aider à éviter l'ennemi.




______________________________
Front de la Volga du nord



[CENTER]Image[/CENTER]

1) L'épopée du KomandArm Kamenev semble enfin toucher à sa fin : il a réussi à embarquer toutes ses troupes rescapées de sa longue retraite incessante depuis Iekaterinbourg sur notre flotte fluviale en face de Kazan. Juste avant de se faire massacrer par la Légion Tchèque qui a maintenant pris position autour de la ville.

2) La flotte et les troupes de Kamenev sont envoyées immédiatement dans le port le plus proche, Cheboksary, car nous craignons de plus en plus que les fleuves ne gèlent. Ils y retrouveront d'ailleur le KomandArm Bonch-Bruevich qui rassemble des renforts venus d'un peu partout.

3) Pendant ce temps, le KomCor Avtonomov et le camarade Djerzinski (240) décident d'attaquer à l'aveuglette Glazov, sur la route de Perm, malgré le fait qu'Avtonomov soit "désactivé" et avec un malus de 35% à l'attaque en terrain ennemi. Nous espérons que le Blanc est globalement en train de se replier sur Perm. Sur ses arrières, des renforts en milices s'acheminent sur Viatka.

4) Les partisans de l'Oural sabotent les voies ferrées en montagne et dans la taïga tant qu'ils peuvent, peut-être même aidé par des factions rebelles locales "vertes" !




______________________________
Front de la Volga centrale



[CENTER]Image[/CENTER]

1) Le KomCor Frunze se voit confier le commandement d'une attaque d'envergure rassemblant toutes nos troupes du secteur qui sont maintenant bien reposées, recomplétées et réorganisées (650). Au lieu d'aller au nord vers Samara comme l'ennemi doit s'y attendre, nous ordonnons d'essayer de rétablir le lien entre Astrakhan et Moscou en repoussant à l'ouest les Blancs qui ont traversé la Volga à Pokrovsk et si possible en les poursuivant jusque dans Saratov.
Le KomandArm Antonov-Ovseenko est juste chargé d'occuper Pokrovsk sur les pas de Frunze avec une brigade de cavaliers cosaques rouges encore incomplète.
Le fraichement promu KomCor Makhine, lui, part seul rejoindre nos troupes devant Penza, où nous avons besoin de lui pour réorganiser nos corps.
Seule une frêle garnison de garde rouge est laissé à Uralsk, malgré la présence d'une force ennemie plus au nord.
Comme nous contrôlons les lignes de chemin de fer Uralsk-Saratov-Astrakhan, nous estimons que nous pourrons revenir défendre ce dépôt à temps.

2) Les partisans montés que nous avons envoyé pour estimer l'état des forces ennemies autour de Saratov ont bien travaillé ! Il n'y que deux brigades (270) à Pokrovsk sur la rive gauche, un seul régiment en garnison à Saratov et seulement une petite brigade (70) au nord de la ville.
L'attaque du camarade KomCor Frunze (650) venant d'Uralsk a donc toutes les chances de faire des dégâts !
À moins que les petits-bourgeois du Komouch de Samara ne sortent leur flotte fluviale du chapeau et nous empêchent de traverser la Volga... ou que des renforts Blancs importants arrivent par la voie ferrée depuis Penza...

3) Un régiment de cavalerie est envoyé en reconnaissance pour observer les voies ferrées par où les Blancs peuvent amener des renforts de l'est.

4) Les KomCor Berzine et Gaï-Khan (450) sont maintenant devant Penza, défendue par une force indéterminée (nous manquons terriblement de cavalerie pour la reconnaissance...) qui en plus est susceptible de recevoir aussi des renforts par rail de Samara.
De toute manière, les deux commandants sont "inactifs" cette quinzaine (à cause de leur faible valeur stratégique) et ne peuvent décemment pas attaquer Penza avec un malus de 35%.
Nous ordonnons donc de rester sur place en attendant des renforts.

5) Après avoir longtemps hésité sur la marche à suivre face à un tel dilemme, le camarade Trotski (une division de 450) décide de partir rejoindre la colonne Berzine devant Penza ...au lieu de partir au sud renforcer nos troupes sur le front de Tsaritsyn. Il pense qu'après la chute de Tsaritsyn, la priorité est de prendre Samara et la Volga centrale au plus vite, bien que le verrou entre Don et Volga pourrait être encore avantageusement défendu au nord de Tsaritsyn...
Mais il est peut être déjà trop tard pour y envoyer des renforts si Denikine reprend son offensive vers le nord. Dans le doute, c'est Penza.




______________________________
Front de la Volga du sud



[CENTER]Image

Image

Image[/CENTER]

1) Staline, après encore deux batailles dont autant de défaites (-2 NM) est définitivement chassé de la région de Tsaritsyn par cette breloque malfaisante de Denikine. Les Blancs sont même arrivés à repousser nos troupes de l'autre côté de la Volga à Vilshkiy, les séparant ainsi du KomCor Voroshilov qui les attendait sur notre position défensive au nord de la ville, le long de la voie de chemin de fer Tsaritsyn-Tambov. La situation du commissaire du peuple Staline est délicate. Ses troupes sont gravement clairsemées et désorganisées, à tel point que nous ne pouvons même pas espérer quitter la région cette quinzaine. Nous fixons donc un ordre passif en espérant que l'ennemi nous laissera tranquille le temps de récupérer assez de cohésion pour faire mouvement.
Nous détachons quand même quelques unités d'artillerie qui ont assez de cohésion pour rejoindre la garnison d'Astrakhan, afin de pouvoir enfin tirer sur les flottes fluviales du Komouch qui viendraient passer l'hiver sur la Caspienne.

2) Voroshilov est envoyé rejoindre le KomandArm Trotski au nord tandis que le commandement de ses troupes passe à son supérieur hiérarchique le KomCor Vatzetis qui se retranche donc au nord de Tsaritsyn avec une force de 600. Mais en face de lui, Denikine affiche une force d'environ 1500...
Pour essayer d'empêcher un débordement des Blancs par les deux fleuves, nous ordonnons à une partie de la flotte de la Volga de descendre au sud pour se placer entre Denikine et Staline, tandis que la flotte du Don basée à Voronej part se placer à l'ouest de Tsaritsyn.

3) Pendant ce temps, notre cher camarade Kirov qui voulait tenter un embarquement de Gurjev vers Astrakhan en transport sans escorte ...doit se raviser : une flotte de cannonières anglaises est apparu au large, avec des transports fluviaux peuplés de troupes indiennes, ce qui l'empêche de quitter le secteur. Mais nous avons de quoi les recevoir s'ils débarquent (ils ont une valeur de 60 contre 120 pour nous). Ce sur-place forcé permettra au moins à la compétence de propagandiste de Kirov d'opérer encore dans la région : avec la chute de Tsaritsyn, la loyauté a chuté un peu partout et notamment à Gurjev qui est passé en dessous des 10%. Ce qui fait que notre campagne de réquisitions & conscription dans cette province a été annulé faute des 10% de soutien populaire minimal pour l'organiser...




______________________________
Front du Kazakhstan


[CENTER]Image[/CENTER]

1) Les partisans envoyés en éclaireurs pour déterminer la puissance de l'ennemi à Samarkand et Bukhara sont arrivés trop tard : la force principale des Blancs est partie...

2) ...Elle est maintenant au nord de Tashkent, à portée de notre dernier bastion qu'est Fort Perovskiy... et nos miliciens dans la région d'à côté sont toujours incapables de nous donner un ordre d'idée de leur force.

3) Dans l'imminence d'une attaque sur notre unique dépôt dans tout le théâtre d'Asie Centrale, nous décidons de rester. Nous séparons nos troupes en deux divisions d'une valeur de 150 chacune commandées par nos seuls KomDiv présents, le camarade Zinoviev et le KomDiv Kalnin, pour limiter leurs pénalités de commandement à 10%.
Les quelques unités encore en formation sont placées en dehors de la ville pour qu'elles aient une chance de retraiter si leur formation se termine avant que l'ennemi n'arrive.

[CENTER]Image[/CENTER]

[CENTER]Malgré l'urgence des opérations militaires et une imprimerie artisanale, le camarade Zinoviev arrive quand même à diffuser de la propagande en langue locale pour rallier les turkmènes à notre cause.[/CENTER]



______________________________
Front de sibérie



[CENTER]Image[/CENTER]

1) Le Camarade Blucher a trouvé une très mauvaise surprise en arrivant à Akmola. 3 régiments de cavalerie de cosaques Blancs l'attendaient de pied ferme. Il a cependant réussi à éviter le combat, mais l'hiver approche et nous ne pourrons survivre sans abris.

2) Nous décidons d'aller dans la région de Tenguiz pour y installer un dépôt et espérer que les cosaques n'iront pas nous y déloger avant que nous n'ayons repris de la cohésion et, espérons-le, reçu des remplacements pour nos régiments rachétiques...





______________________________
Commissariat à la production de guerre



[CENTER]Image

Image[/CENTER]

La lutte politique fait rage chez les Blancs : nous avons envoyé autant d'agent subversifs que possible pour essayer de réduire la loyauté des paysans envers les Blancs à moins de 50% dans les territoires sous leur contrôle militaire, afin que ceux-ci récupèrent beaucoup moins de ressources de leurs campagnes de réquisitions & conscriptions.

Nous dépensons également encore des EP pour nommer un nouveau commandant (3 EP). Nous manquons de temps et de personnel politique et administratif (représenté par les EP) pour faire tout ce que nous souhaiterions, notamment organiser des usines d'armement (15 EP) pour augmenter notre production en fournitures de guerre et munitions.
















[CENTER]----------------------------------Image----------------------------------
Rapports du Sovnarkom - Archive du Soviet Suprême de L'URSS.[/CENTER]

Ref. BZ-634537
Conseil des commissaires du peuple de l'URSS.
Moscou.
29 novembre 1918.





______________________________
Front Nord


Les batailles de Glazov...

[CENTER]Image

Image

Image[/CENTER]

1) Le KomCor Avtonomov et le camarade Djerzinski se sont révélés assez prétentieux. Après une victoire contre les Blancs du Komouch à Glazov, ils n'ont pu résister à une contre-offensive de renforts tchèques mené par le général Kalmykov et nous voilà retraitant dans le blizzard.
Les troupes sont très éprouvées et nous décidons un replis sur Viatka qu'il faut tenir à tous prix. Nous y acheminons des renforts et de la logistique pour y construire un dépôt pour hiverner dans de bonnes conditions.

2) Pendant ce temps, une bonne nouvelle nous est parvenue : Le KomDiv Zhloba avec ses troupes sont enfin arrivés à Kotlas en échappant in extremis à la flotte fluviale ennemie que l'on peut voir au large et qui d'après nos informations transporte aussi la "Polar Bear expedition" de ces malvenus de spéculateurs yankee (puisse la glace les engloutir jusqu'aux derniers). Le KomDiv Zhloba pourrait rester défendre la ville, mais nous préférons rapatrier toutes ses troupes pour renforcer la position de Viatka, sans laquelle Kotlas est de toute manière intenable.


Pour le reste du Front Nord, il n'y a rien à signaler depuis notre dernière victoire contre l'armée de Mourmansk à Petrozavodsk au nord de Petrograd.



______________________________
Front de la Volga centrale



[CENTER]Image[/CENTER]

1) Le KomandArm Bonch-Bruevich a dispersé une brigade de cavalerie à Cheboksary qui est probablement venue faire une reconnaissance en force de nos troupes dans le secteur. Les troupes du KomandArm Kamenev arrivées à bon port restent sur place avec celle de Bonch-Bruevich pour se recompléter tandis que Kamenev remonte seul à Viatka pour prendre le commandement de ce Front.

2) Nous envoyons depuis Cheboksary le KomDiv Mironov avec une division (320) bien entrainée par les compétences militaires professionnelles de Bonch-Bruevich pour renforcer le Front du camarade Trotski entre Simbirsk et Penza. Il rejoindra, ainsi que le KomCor Makhine envoyé par Trotski, le régiment de cavalerie envoyé en reconnaissance entre Simbirsk et Syzran pour former un corps d'armée qui sera l'aile gauche du Front lors notre prochaine offensive vers Samara.

3) Devant Penza, nos forces sont maintenant enfin prêtes pour une attaque d'envergure vers la Volga. Le camarade Trotski a constitué un corps d'armée (750) mené par le KomCor Berzine et une réserve de Front (300) qu'il commande lui-même . Ces deux forces vont attaquer Penza puis poursuivre si possible jusqu'à Kuznetski pour la Réserve du Front et jusqu'entre cette ville et Syzran pour le Corps de Berzine (afin d'être à portée de soutien pour le Corps de Makhine et Mironov, s'ils atteignent leur position).
Le KomCor Voroshilov, nommé chef de corps du front de Trotski, est envoyé seul rejoindre le KomCor Frunze vers Saratov.
Quelques brigades de renforts devraient aussi arriver pour établir une garnison à Penza pour assurer nos arrières si l'offensive avance bien.

Nous envoyons également des régiments de cavalerie ou de partisans montés en reconnaissance prêt de Kazan et Samara pour évaluer les forces de l'ennemi.




______________________________
Front de la Volga du sud



Les batailles d'Ershov et Saratov :

[CENTER]Image

Image

Image[/CENTER]

1) Gloire éternelle à nos vaillants défenseurs du Peuple ! Le KomandArm Antonov-Ovseenko, le KomCor Frunze et leurs vaillants soldats de l'Armée Rouge ont pleinement réussi leur offensive sur Saratov. Partis d'Uralsk, ils ont rencontré en chemin à Ershov, à l'ouest de Pokrovsk, ces cloportes de réactionnaires qui avaient imprudemment quitté leurs positions pour aller à notre rencontre. La bataille fut efficace, nous les avons défait et poursuivis jusqu'à Pokrovsk, puis les troupes commandées par le KomCor Frunze ont traversé la Volga derrière eux et ont pris Saratov oû ils ont infligé une véritable déroute à toute la chienlit Blanche qui s'y prélassait depuis des mois et qui laisse maintenant cinq milliers d'hommes sur le carreau, au moins 5 régiments entiers de conscrits anéantis et 900 prisonniers. Nous gagnons du moral (+2NM) !

Le KomCor Frunze, dont les troupes sont très désorganisées après la bataille, décide de se retrancher à Saratov et d'y construire un dépôt, en espérant que les Blancs ne contre-attaquent pas depuis Penza ...mais l'offensive de Trotski devrait bientôt les occuper.
Nous évacuons complètement Uralsk où une force ennemie s'approche.
Pendant ce temps, le KomandArm Antonov-Ovseenko quitte seul le secteur vers le sud pour aller organiser les défenses d'Astrakhan.

2) Le front du camarade Staline à Volzhkiy, sur la rive en face de Tsaritsyn, a enfin récupéré assez de cohésion pour faire mouvement. Entretemps, les Blancs ont traversé la Volga juste au sud avec le Baron noir Wrangel à leur tête. Ils vont certainement aller couper la voie ferrée Saratov-Astrakhan et peut être descendre vers le sud pour saisir le grand port de la Caspienne.
Le chef de guerre Denikine est toujours installé à Tsaritsyn, où nos informateurs nous rapportent que les Blancs édifient une incroyable ligne fortifiée dans toute la région entre les deux fleuves. Ils appellent ça la ligne "Sainte Russie".
Ce petit Attila de Krasnov, quant à lui, semble parti de ce repère de ragondins, peut être prépare-t-il une offensive en Ukraine que les allemands évacuent assez rapidement maintenant.

Nous décidons que le camarade Staline traverse seul le fleuve et aille prendre le commandement du Corps défensif de Vatzetis au nord de Tsaritsyn. Sa division commandée par Tukhachevsky remonte au nord pour rejoindre le camarade Frunze à Saratov, car nous préférons consolider cette position plutôt que d'aller chasser vainement Wrangel et ses cavaliers dans les steppes enneigées.

Notre tentative de blocus fluvial de Tsaritsyn sur les deux fleuves est un échec : les eaux sont prises par les glaces et nos navires aussi, soit sur le fleuve, soit dans les ports les plus proches...




[CENTER]Image

La traversée héroïque de la Volga devant Saratov sous le feu ennemi, à la poursuite des Blancs battus à Ershov, n'a pas entammé la cohésion de nos troupes : arrivées sur la rive droite, elles ont libéré la ville et encore offert une victoire éclatante à la cause du Peuple. [/CENTER]




______________________________
Front du Sud



[CENTER]Image

Image[/CENTER]

1) Alors que tout semblait calme dans le secteur, nos principaux commandants étant partis sur des Fronts plus actifs, la garnison de gardes rouges d'Astrakhan, retranchée dans les marécages autour de la ville, a vu débarqué soudainement sous une pluie d'automne torrentielle, ...une brigade coloniale britannique du Punjab !
Probablement que ces mercenaires valets des impérialistes anglo-saxons venaient de Perse. En tout cas, ils ont été reçu comme il convient par le prolétariat kalmuk et russe d'Astrakhan : la brigade c'est faite exterminée sur place, seuls quelques éléments de leur train de ravitaillement et de leur artillerie nous échappent encore dans les marais. Cette éclatante victoire par nos miliciens sur les soit-disant vainqueurs de la Grande Guerre augmente encore notre moral national (+2NM).

2) Nos partisans du Caucase ont tenté une opération d'envergure en rassemblant tous les groupes du secteur sud-est pour prendre Grozny, isolée par nos dynamitages de voies ferrées. Malheureusement, l'assaut de la ville n'a pas réussi et nous devons retraiter précipitemment à l'est vers les marécages de Khasavyurt pour échapper à l'arrivée prochaine de renforts Blancs.

3) Nos partisans du Kouban ont réussi à intercepter et capturer un train blindé !


[CENTER]Image[/CENTER]

[CENTER]Du grand Nord aux rives de la Caspienne, les capitalistes forcent les portes de la Russie pour écraser les soviets ! Mais ils ne font que les multiplier ! [/CENTER]



______________________________
Front de sibérie


Le Camarade Blucher et ses survivants s'installe pour l'hiver dans la région de Tenguiz en construisant un dépôt. L'ennemi ne semble pas nous avoir poursuivis pour l'instant.



______________________________
Front du Kazakhstan


Il neige. L'ennemi qui est toujours devant Tashkent est d'une force similaire à la notre. Impossible d'avancer.



______________________________
Commissariat à la production de guerre


Nous n'avons plus un kopeck dans les poches... Impossible de planifier la production cette quinzaine.
Il faut attendre les résultats des campagnes de réquisitions et conscriptions en cours.






[color="Red"]VOIR LES MOIS SUIVANTS ==>[/color]
REVOLUTION UNDER SIEGE GOLD

Return to “RUS: Revolution Under Siege AARs”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest